Sydney : Australia 6/6

25 février au 3 mars 2019

C’est la fin de notre boucle australienne ! Nous arrivons à Sydney avec Virgin Australia, compagnie que j’avais trouvée extraordinaire il y a 15 ans avec ses prix cassés et ses sièges en cuir bleu ; maintenant c’est une low-cost parmi d’autres.

Notre appart est situé près de Darling Harbour, dont nous sommes séparés par une immense autoroute qui surplombe les rues. Il y a une piscine et une salle de muscu au rez-de-chaussée, et les étages ne sont pas complètement séparés : des passerelles mènent aux logis – du bois sur lequel nos pas résonnent – et on peut voir tous les autres niveaux en se penchant – ou se faire entendre de tout l’immeuble si on est une petite fille et qu’on pousse des cris pour tester l’acoustique.

Pour le premier soir, nous nous contentons d’explorer les alentours, son IGA et son bottle shop, et de profiter de l’appart : Lily dessine, Zoé bricole, Anne-Laure et moi rattrapons notre retard sur internet ; ou autres

Nous entamons notre vrai premier jour par le gros morceau : l’opéra de Sydney. Anne-Laure l’attendait tant !

Nous n’avions pas trouvé de pièce intéressante à voir, nous nous sommes donc contentés d’un tour organisé avec un guide, pour tout voir. Nous n’avons pas tout vu, car une pièce de théâtre était en répétition dans la salle principale, celle ayant le plus de cachet, mais nous avons vu tout le reste : une salle de concert en installation, le mélange béton et bois des halls,

le gigantisme des deux grands bâtiments, l’histoire de son architecture, et ce que j’ai aimé, c’est le coup des tuiles recouvrant le toit, qui ont été cuites deux fois pour empêcher les reflets du soleil, et faciliter l’auto-nettoyage par la pluie ; malins !

Comme nous restons un peu sur notre faim, on va au guichet voir si quand même nous ne pourrions pas voir un spectacle en famille : tout ce qui se joue est cette fameuse pièce de théâtre, pas vraiment tout public, durée 3h pour 650$ ! Tant pis. Anne-Laure très déçue, autant par le tour en groupe qui a fort mal commencé (on n’entendait rien), que par le bâtiment bétonné, reflet des années 70, qui vieillit assez mal.

Nous errons dans le port.

Un bateau de croisière plus haut qu’un immeuble y est amarré, les filles rêvent d’y monter un jour ; pas nous ! Nous bifurquons vers le jardin botanique, le long de la mer puis dans la verdure,

et nous cherchons une aire de jeux pour les filles ; pas facile ! Nous descendons finalement tout le jardin botanique et le parc suivant, qui n’ont rien pour les enfants, pour finir à deux pas de chez nous, au darling quarter, où un superbe parc est aménagé, avec un parcours d’eau comprenant robinets et vasques ; des toboggans de toutes tailles ; des balançoires et des filets pour grimper ; même un miroir d’eau ; la totale ! Ouf, belle récompense après 10 bornes ! Nous découvrons aussi un raccourci qui passe à travers les passerelles d’autoroute pour rejoindre notre appartement : on est au croisement de plusieurs routes rapides, hauts perchés. Ça pue un peu.

Nous retournons le lendemain de l’autre côté du port, à Dawes Point pour tenter l’escalade du pont enjambant la baie de Sydney.

Pas possible avec des enfants. Nous nous contentons d’une balade entre les piliers, et lorsque nous montons un peu en hauteur pour profiter de la vue, il se met à pleuvoir. Ce qui est assez mal venu car nous avons réservé un tour à l’Observatoire à 17h : le temps a sacrément intérêt à se lever d’ici-là !

Nous faisons le tour de la baie

et poussons la promenade jusqu’à The Rocks – un quartier entièrement rénové plein de petites boutiques, bars et restaurants – et prenons notre collation à la terrasse d’une boulangerie chic, avec thé et petits fours.

La pluie s’arrête effectivement rapidement, mais le ciel reste couvert. Ce qui finalement ne sera pas un gros problème car le guide de l’Observatoire est hyper-intéressant, un jeune en doctorat, vraiment passionné et attentif, et en plus nous serons les seuls pour son tour. Il reprend toute l’histoire de l’Univers jusqu’à l’exploration spatiale actuelle par Space X, nous montre l’utilisation du télescope, et finira dans le jardin de lObservatoire par un jeu de lancement de roquettes en bouteilles d’eau actionné par pompe à air : enthousiasme partagé par tous, et j’ai pu tester des tas de combinaisons d’ailerons et de remplissage de bouteilles pour voir quelles roquettes allaient le plus loin. Tour très sympa ! On n’a pas regretté.

Anne-Laure avait repéré sur la carte un magasin vintage, paumé dans Sydney, nous y sommes donc allés en taxi pour être sûrs de trouver l’endroit. C’est effectivement un gigantesque hangar avec des allées de vieux trucs, plus ou moins organisées par thèmes. J’y retrouve les premiers jeux électroniques, des poupées Mattel, des vinyles, des chemises cols pelle à tarte, des jouets d’antan en métal, bref, tout un tas de fourbi dans lequel il faut être né pour savoir ce que c’est. Intéressant de noter que, d’un continent à l’autre, nous avons partagé les mêmes merdouilles ; la même culture.

Nous rentrons en métro et faisons un stop au Powerhouse Museum, qui présente l’exposition Star Wars.

Ni Lily ni Zoé n’ont vu de films, mais leurs amis en parlent assez pour qu’elles aient une vague idée, et puis bon, mettons que ce soit une exposition pour faire plaisir à papa cette fois !

Équipés d’un bracelet, nous parcourons les stands de l’exposition en décidant à chaque étape quel type de personnalité nous correspond le mieux, sur quelle planète nous irions vivre ou qui serait notre mentor idéal. Petit à petit, nous fabriquons ainsi notre personnage, qui pourrait évoluer dans un film de Star Wars.

Au stand final, on nous pose la question ultime : voulons-nous rejoindre the dark side ?

Puis nous découvrons enfin nos avatars respectifs :

Puis, pendant que les filles s’amusent dans les jeux du sous-sol, les parents batifolent dans les étages

Le lendemain est une journée magasinage ; prétexte pour marcher Sydney.

Puis nous montons dans l’attraction sur laquelle les filles fantasment depuis notre arrivée : la grande roue sur Darling Harbour.

Lily s’escrime à faire tourner notre nacelle : on a une belle vue panoramique sur la ville et aussi la nausée.

Dernier jour, j’ai entendu parler d’un festival grec sur Darling Quarter avec danses et mets traditionnels, nous allons donc jeter un oeil, ce qui enchante les filles car elles pourront profiter encore un long moment du parc de jeux. La rumeur s’avère décevante : il y a juste quelques stands, plus publicitaires qu’artisanaux. Nous profitons donc des jeux, de l’ombre, puis nous traversons le pont

et faisons le tour du musée maritime pour admirer les 3 mats. 

C’est affreux à dire mais nous sommes tannés des restaurants, autant par le manque de légumes que par les menus trop répétitifs ; nous faisons donc des petites courses et pique-niquons à l’appartement, avant de ressortir dans la nuit tout juste tomber pour aller admirer le feu d’artifice hebdomadaire sur Darling Harbour. La foule y est compacte, l’ambiance sympa, on passe tous 15 minutes le nez levé au ciel et on est contents !

Demain matin, nous partons pour Singapour.


Leave a Reply

Pull for more
MORE