Melbourne : Australia 3/6

10 au 22 janvier 2019

C’est notre Road Trip australien ! Nous quittons Adelaide direction Melbourne par la mythique Great Ocean Road, et quelques stops en passant. Mount Gambier est le premier, pour admirer ce lac bleu qui alimente la ville en eau douce.

La route est ensuite toute droite, juste deux voies, bordée de Gum Trees aux formes si tordues ; pas un arbre ne ressemble au suivant. On s’arrête à Port Fairy pour dormir, dans un train posé au milieu du camping.

Le wagon est entièrement aménagé avec lit double, lits superposés, cuisine et salle de bain.

Nous allons souper au plus vieux Pub de Victoria, le Caledonian Inn, dont les cuisines sont sur le point de fermer. Il doit être 19h. Ça tombe bien, après une journée de route, nous ne sommes pas longs à éteindre les lumières.


Et ici commence la Great Ocean Road, deux voies toujours, cette fois zigzaguant le long des côtes. Des petits arrêts bien indiqués nous permettent d’admirer les vestiges des roches toujours plus érodées par la mer, certaines mêmes creusées en leur centre pour former un petit pont, et un cadre photogénique.

Et nous finissons la journée par les Twelve Apostles, au milieu de la foule téléguidée.


Notre dodo est un peu plus loin, dans le parc national de Cape Otway : un endroit où on pourrait passer une semaine tant il y a à explorer. Déjà rien que la route d’accès vaut le coup, traversant une pleine forêt de Gum Trees aux koalas hauts perchés ! Nous dormons ce soir dans un tout petit petit bungalow avec juste nos 3 lits, les salles de bain étant communes avec le reste du camping. Les cockatoos nous réveillent à 5h à grands cris, sans doute pour nous prévenir en riant qu’ils ont copieusement chié sur notre voiture.
Nous remontons Cape Otway en passant par le Maits Rest Rainforest Walk, une promenade dans un bout de forêt tropicale avec fougères géantes

puis par un arrêt aux Redwoods, un forêt dense de séquoias, plantés là exprès il y a près de 100 ans et atteignant désormais une soixantaine de mètres. On fait une partie de cache-cache entre les troncs géants.


Puis on file vers le but de la journée : le tree-top walk de Otway Fly ; des plateformes installées à 25 mètres de haut permettant d’être aussi hauts que les arbres sur une balade de 600 mètres. Le truc fantastique, c’est d’avoir agrémenté la promenade par un parcours forestier préalable au pays des elfes et farfadets, durant lequel les filles doivent trouver des numéros et un message magique correspondant, c’est super cute !

On monte ensuite sur les passerelles en haut des arbres : la promenade est sensationnelle, la vue splendide, vertigineuse à souhait, et Anne-Laure adore le pont cantilever qui donne l’impression de marcher sur le vide !

Une super journée ! Qui se termine au camping, ce soir dans une petite maison avec nos espaces à nous, et un pizzaiolo venu nous faire ses pizzas au feu de bois, que chacun compose de ses ingrédients favoris ; souper gagnant auprès des 4 à 8 ans !
Les cockatoos nous laissent dormir cette fois, et pour notre dernière matinée à Otway, nous allons quand même admirer le point phare du Cap : son phare, justement.
La route pour y arriver est bordée d’arbres fantomatiques à la beauté dénudée.

Nous terminons la Great Ocean Road par sa partie la plus sinueuse et nous abordons Melbourne par la côte sud, en prenant le ferry qui relie les deux langues de terre fermant la baie de Port Phillip. Nous remontons pour la nuit jusqu’à un trou paumé, Frankston, dans un motel typique avec stationnement devant chaque chambre, et nous arrivons dans Melbourne par St Kilda, sa plage et ses baraques super chouette

Se loger dans Melbourne est hors de prix ; seul Airbnb nous a permis de trouver un appartement dans les moins chers qui soit quand même dans le CBD, juste à côté du Queen Victoria Market, parce qu’on aime découvrir les villes à pied.

Ce mardi, nous retrouvons Sarah avec fiston Lachie et fifille Emilia au Melbourne Museum ! Sarah & Tim sont nos amis australiens venus vivre à Québec il y a deux ans, avant de partir un an en Angleterre et revenir enfin dans leur pays. Nous passons une heure dans le coin des enfants avec des tas de jeux à escalader, des surfaces à découvrir et avec lesquelles interagir, puis nous allons explorer les galeries d’animaux de tous les continents, passés et présents. J’ai bien aimé le lion qui remuait la queue lorsqu’un visiteur passait ! Les enfants ont aimé les squelettes de dinosaures, toujours winner, mais ils ont scotché un moment sur les insectes agrandis à taille humaine, yeurk.

Nous nous séparons après le lunch, avec un rendez-vous prévu pour la fin de semaine, et nous rentrons doucement vers notre appartement, avec un (gros) détour vers les rues les plus commerçantes du centre de Melbourne : le prétexte est de racheter des chaussures légères à Lily ; les précédentes ont subitement lâché des deux lanières à la fois, usées après 7 mois intensifs. Nous allons donc marcher tout l’après-midi pour finalement trouver des Birkenstock argentées. En chemin, une galerie d’art aborigène nous attire beaucoup, mais les prix sont exorbitants. Les filles s’enthousiasment pour les peintures en points qui forment des silhouettes d’oiseaux. Nous terminons l’après-midi au cinéma devant Mary Poppins ; pop-corn obligatoire.

Mercredi, nous visitons Carlton, le quartier de Melbourne juste au-dessus de notre appartement. Nous espérions trouver des petites boutiques originales ou artisanales, mais les restaurants occupent en fait toute la rue principale. Les maisons, par contre, dans les rues adjacentes, sont magnifiques : d’anciennes maisons de ville collées les unes aux autres avec briques apparentes, balustrades en fer forgé et portes ciselée. Ces quartiers ouvriers du siècle dernier sont devenus super à la mode, et les prix ont suivi : près d’un million de dollars la maison désormais…

Ce soir, nous allons au Queen Victoria Market car c’est la soirée spéciale bouffe : la moitié du marché est réservée aux kiosques de plats à emporter ; nous goûtons un peu de toutes les cuisines du monde pour finir par une barbe à papa japonaise

Je m’achète un chapeau en cuir de kangourou pendant que les filles finissent de se pourlécher les doigts et que la nuit tombe doucement sur Melbourne. Nous sommes bien, là, dans notre environnement.

Jeudi, nous avons rendez-vous dans les Jardins botaniques royaux avec une pièce de théâtre en extérieur : Wind in the Willows

C’est une pièce adaptée aux enfants avec des tas d’animaux personnifiés. Lorsque nous arrivons, avec une heure d’avance comme recommandé, le Lapin a déjà transformé l’audience en petits lapins grâce à une chanson en duo avec son pote Blaireau : « waggle your ears, wiggle your nose », et pendant que les autres personnages arrivent, Lapin fait le tour des familles installées sur l’herbe pour leur piquer des victuailles dans leurs paniers. En gros, l’histoire tourne autour de leur riche ami Crapaud qui sera arrêté par la police et dont le château sera pris d’assaut par les belettes, et qu’il faudra libérer. Et pendant l’interlude où tous les enfants partent courir après un ami perdu, Lapin et Blaireau amusent les parents en chantant des complaintes sur la vie des artistes. Super fun !

Ça nous occupe toute la matinée ! En revenant, nous remontons le jardin botanique

Et nous nous arrêtons à Federation Square, où une marque de glace nous offre ses sorbets gratuits, et nous allons voir une petite exposition d’art aborigène contemporaine. Nous décidons de prendre l’après-midi à la cool pour faire des activités intérieures, bricolages et pâte à modeler.

Vendredi, nous retournons au Melbourne Museum pour voir l’exposition sur Nelson Mandela. Anne-Laure et moi avons lu sa longue biographie ; l’exposition est copiée dessus, mais ça reste intéressant de pouvoir la partager avec les filles qui s’intéressent à Mandela depuis l’Afrique du Sud, leur montrer des photos et des bouts de film. Ensuite, pendant que les filles retournent aux jeux d’enfants, nous explorons le reste des salles, dont l’exposition aborigène. Au mur, une frise gravée m’a marquée :

Samedi, nous prenons le train de banlieue pour retrouver Sarah et Tim à Lilydale, le coin où ils vivent. Ils nous embarquent pour une visite des contrées environnantes, vers les montagnes de Healesville. Nous pique-niquons dans l’herbe et Tim nous initie aux secrets de la tourte à la viande (meat pie) : pas trop sèche, ni trop juteuse, sans trop de pâte pour la recouvrir, et surtout, la sauce tomate qu’il faut étaler par dessus ne doit pas être de marque Heinz (sacrilège) mais MasterFoods, pour être véritablement au goût australien. Et elle doit être offerte gratuitement en complément de la meat pie, sinon ça vaut pas.

Comme digestif, nous allons faire une dégustation de gin au Four Pillars. Les enfants boivent le Tonic.

Et pour la forme, nous marchons au William Ricketts Sanctuary : perdu au milieu des bois, ce lieu était le domaine d’un sculpteur qui s’était pris de passion pour les aborigènes et en sculptait sur tous les bouts de roches qui l’environnaient. On peut se promener dans le petit parc empli d’art, et voir encore son atelier préservé.

Dimanche, nous préparons la galette des rois avant l’arrivée de Tim et Sarah qui débarquent avec les enfants dans Melbourne. Les filles avaient fabriqué des couronnes en papier rose brillant pour Lachie et Emilia.

Nous nous promenons en transversale, d’abord vers les parcs pour enfants, puis vers le parc du Melbourne Museum pour profiter du soleil avant de nous dire adieu pour de bon, car dans deux jours nous partons pour la Nouvelle Zélande. Les enfants ne veulent plus se quitter !

Le lendemain, les filles votent pour le retour à la plage, donc direction St Kilda. Comme c’est lundi, la plage nous appartient.

Il ne nous reste plus que cet après-midi à Melbourne ! Après le lunch, nous allons explorer un dernier quartier, Fitzroy, un peu hippie, et c’est là que nous trouvons enfin les petites boutiques genre friperies et artisanats qui sont amusantes à visiter, et les épiceries bio ou vegan ; nous passons donc de magasin en magasin et, s’en nous en rendre compte, rentrons ainsi à pied jusque chez nous. Les filles auront au passage gagné des badges licorne que Zoé apprend à épingler sans se piquer.


Leave a Reply

Pull for more
MORE