L’Amazonie

22 au 24 juillet 2018

Accessible depuis Puerto Maldonado, l’Amazonie est complètement différente du reste du Pérou, et du coup très dépaysante : d’un jet d’avion, nous sommes au soleil, 30 degrés, bananiers et scooters dans les rues empoussiérées ; ça sent comme l’Asie, et nos souvenirs de Bora-Bora remontent à plein nez.

Pour accéder aux resorts, le bateau est indispensable et remonte le long de la Madre De Dios

Après une grosse erreur de notre agente locale et une nuit pourrie dans une sorte de camping en dur aux murs faits de moustiquaires (bonjour l’intimité), nous sommes partis à 5h du matin pour aller dans la mangrove

Promis, j’ai plissé des yeux tout ce que j’ai pu pour apercevoir un anaconda entre les lianes ou un piranha dans l’eau saumâtre, en vain.

Par contre, une fois le petit bras d’eau traversé, nous sommes arrivés sur le lac Sandoval

et là, après le lever de brume, ça a été le foisonnement de vie, entre les hirondelles, chauve-souris, cormorans, hérons, hoatzins, loutres, et tous nos amis à écailles

Le lac était absolument magnifique et si paisible ; on a passé toute la matinée sur l’eau lisse

avant de rejoindre notre resort tant désiré – le Corto Maltes – et sa mascotte

Le Corto Maltes, ce sont des bungalows en bois, des hamacs pendus sur la terrasse, des plantes grasses et verdoyantes dans les jardins, une piscine en mosaïque, et des cocktails. Youpi ! Parfait pour se reposer de la nuit manquée de la veille, et pour se relever tôt le lendemain et aller voir un truc spécial : les perruches dans l’argile

Un peu avant 7h le matin, une centaine  de perruches se retrouvent en piaillant sur ce mur d’argile pour y puiser leurs nutriments de la journée, essentiels à leur équilibre alimentaire. Certaines font le guet sur la branche avoisinante pendant que les autres picorent, puis au premier avertissement, elles s’envolent d’un coup dans un ensemble vert et majestueux.


Leave a Reply

Pull for more
MORE